mercredi 31 décembre 2008

Il faut cultiver son jardin


The bleak midwinter is the season for glossy catalogues to descend on our letterboxes, full of the colourful promises of summer. I was not surprised to find the season's offering from Graines Baumaux, a household name for vegetable seeds and a long-established dalhia specialist. Even though they sell on-line now, the general lay-out of their catalogues and the gardening accessories they sell evoke elderly gentlemen lovingly tending their carrots and beans.

Et voici qu'en feuilletant le nouveau catalogue, j'apprends que Papy, non content de faire de la résistance, s'intéresse à d'autres plantes, dont la culture discrète est maintenant à portée de toutes les générations: même si le bon de commande continue de vanter les mérites du navet tendre de Nancy, le temps viendra peut-être où on pourra leur acheter autre chose que de la menthe marocaine.

vendredi 26 décembre 2008

Joyeux Noël

Hope you all had a wonderful time and managed to forget about the crises and tribulations of the last few weeks among the ones you cherish.

Et dans ce petit paquet rose framboise, je vous offre tout le bonheur du monde.

What is really in the parcel will be revealed in due course.

vendredi 19 décembre 2008

Christmas is coming, coming, come.

The geese are getting fat I hear, but I've been trying to lose weight, so I see the festive weeks ahead with a quantum of anxiety. I have faithfully stepped on and off my Wii board, walked daily, had next to no alcohol, and it will take steely will-power to avoid or resist temptations.

La série a commencé vendredi midi, avec le repas de Noël de notre "cantine", le traiteur Brunch, où Nicole et Yannick nous ont accueillis en mère et fille Noël, vêtues de rouge et enguirlandées pour la saison.
Après les scènes de tension devant le lycée, cette trève, même un peu artificielle, va nous faire du bien.
And so here we are back, a few days after I started writing this post, having contributed an immoral share to the depletion of our planet's fossil fuels, and rejected a good deal of noxious gases into the bargain, I fear: we went to Marrakech for a few days, and had a wonderful time trudging in the mud of unpaved meandering streets, eating tajines in open booths with cats marauding in search of some tidbit, ignoring the calls from babouche vendors who promised to give us the deal of our lives...


Et j'en ramène quelques images magnifiques de demeures restaurées avec un faste inoui, de montagnes de tapis dans les boutiques, et surtout d'une petite échoppe, presqu'entièrement occupée par le métier d'un tisserand, qui était assis, presqu'invisible dans son coin quand nous sommes arrivés, en train de déjeuner d'un tajine qu'il réchauffait sur un réchaud en terre cuite. Il s'est levé pour nous faire l'article, voyant que je regardais avec intérêt une écharpe accrochée au mur par quelques clous, entre une demi-douzaines de petites cages de canaris. Nous avons battu en retraite, et je le regrette depuis; son écharpe lui aurait payé sa journée, et ne m'aurait pas coûté une heure de mon travail. Pourquoi ce réflexe de défense et de fuite, qui se comprend sans doute face au harcélement des vendeurs de pacotille qui vous alpaguent dans les allées principales des souks, mais pas vis-à-vis de ce quasi vieillard, seul dans son atelier avec ses oiseaux, en bordure d'une venelle boueuse qui n'attire pas le chaland?

So maybe there's a God above... and my punishment came in the classic form of a bout of turista, which kept me sipping Coke at the hotel on the last day, while we had planned to take advantage of the glorious sun to go and visit Majorelle's gardens.

lundi 1 décembre 2008

Au secours!

Ce soir une avalanche de pensées grises a vite fait de noyer ce qu'il me restait d'entrain au bout d'un lundi très lundiesque.
Il fait gris, humide et froid (je sais, on est en décembre). L'histoire du pauvre Jdimytai Damour piétiné vendredi dernier par une foule avide d'aller sacrifier aux dieux de la consommation me poursuit, triste victime d'une folie que n'a pas endiguée la crise actuelle.
Sur le blog d'Elisa, un billet doux-amer qui détaille les déconvenues d'une tricoteuse au bord de la crise de foi.
Thank God (or who/whatever) for the precious link high up on my bookmark list: it's like sitting on the terrace of a Brazilian villa, at the feet of two old friends making music, a song sweet and powerful enough to pump warmth and energy back into this dreary evening.

video

mardi 18 novembre 2008

Roi des forêts

Mon beau sapin:
faites le détour par ce site que j'ai trouvé sur le blog de Fannie, pour mettre un peu de chaleur et de sens dans ce mois à la fois gris, morne, plein de menaces et de promesses.

samedi 15 novembre 2008

That's Mii!


Tout manque de ressemblance avec une personne connue n'est pas totalement fortuite, mais voici le personnage qui me représente dans le petit monde virtuel auquel j'ai accédé hier en posant le pied sur le plateau de mon nouveau jouet.

Then there was the shock discovery that I am "virtually" six whole years older than my real self, all the more unsettling as my live-in genius clocked in about 20 years younger (we're the same age). It didn't come as much comfort that my son was declared 38 by wii standards (he's 18).

C'est sûrement le résultat de tant de tricot: ces machines sont bien traditionalistes, et elle a dù me voir arriver avec mes aiguilles à la main, sur lesquelles une version maison de la "loop-through scarf" est en cours de réalisation. Je ne dis pas pour qui, c'est un secret de lutin de Noël.

vendredi 14 novembre 2008

A la mienne...

51!
En un jour pareil, c'était Marseille qui s'imposait, et plutôt qu'au pastis qui m'est interdit, nous avons arrosé l'occasion avec un gentil petit vin pour accompagner des supions poêlés. Pour ne rien gâcher, il faisait un soleil assez vaillant pour s'attabler en terrasse sur le vieux port. Dans ces conditions, l'année supplémentaire ne pèse pas plus lourd.

And tonight I am going to try my new toy: I am not sure if this is a further step into a consumerist artificial paradise, or towards grannification, but I got a Wii board thing, supposedly to help me exercise and preserve what figure I've got left.

Avant le déjeuner, nous sommes allés voir l'exposition "Van Gogh et Monticelli" à la Vieille Charité. J'y ai découvert ce peintre Marseillais, contemporain de Cézanne et apparemment très hautement considéré par Théo et Vincent, dont certaines toiles, exposées auprès d'oeuvres de van Gogh, frappent par leur audace et leur recherche esthétique quasi prophétique.

Celle qui m'a le plus touchée représente une curiosité naturelle de la côte rocheuse à l'ouest de Marseille, nommée "la Roche Percée", qui a été détruite lors des travaux d'aménagement portuaire de la fin du XIXème siècle.
I was really struck by the dark silhouette of the fisherman in his grounded boat, outlined against a white background that merges sea and sky, surrounded by the symmetrical arcs of the rocks, which could be either protective or threatening. Has he found shelter there? From what dangers? The painting is a testimony, picturing a site that was to disappear forever, and the formless expanse beyond the lonely figure of the man evokes to me the uncertainty of the future.

En rentrant un petit tour sur mes forums préférés m'a signalé que la livraison hivernale du collectif tordu était disponible: comme la précédente, c'est une collection d'ouvrages inspirés, que l'on tricoterait bien du premier au dernier, si la vie quotidienne ne comportait pas tant d'exigences déraisonnables: travailler, manger, dormir, par exemple...

dimanche 9 novembre 2008

Rites of passage

On Tuesday morning my youngest tok his driving test for the second time, and even though he was quite pleased with himself, I spent the next two days worrying and lost sleep in case something had gone wrong without him noticing, like running over someone, or giving the wrong name to the examiner, or saying something they might have taken amiss: my imagination is limitless when it comes to dreaming up disasters. Buth that's it, he's got the little slip that says he's passed, and the family has now moved into a new era of "adulthood".

Je ne serai donc plus la maman taxi. C'est vrai que ce n'était déjà plus souvent le cas, et les après-midi de ramassage, ou les sorties de boum sont déjà du passé, mais désormais ils n'ont plus besoin de chauffeur. Ils n'auront plus besoin que de la voiture.

Mais ça ne m'empêchera pas de me faire du mouron quand il sera sur la route, de me réveiller dix fois tant que je n'aurai pas entendu la porte d'entrée, en me faisant des scénarios catastrophe. Heureusement que j'ai un dérivatif à toutes ces angoisses, et je peux donc présenter la dernière réalisation:

The convertible stulpen: as made for my mother from the lovely merino we bought together when I was in Paris. While maki
ng them I sometimes felt like Edward Scissorhands, with two sets of spikes (my dpns) clicking away in my hands, and I remember the worried look on a fellow traveller's face coming home on the train.

Enfin, les voici, bloqués et prêts à partir pour réchauffer les mimines de ma maman

lundi 3 novembre 2008

Le retour

I can't believe it is almost two months, and yet it's true, I have not posted for ages. Life has been more or less the same, marginally more hectic maybe, but somehow it didn't seem worth my trouble, or yours gentle reader, if you exist.

Mais malgré ces doutes existentiels, associés à une certaine flemme, combinés à l'usure du temps qui passe et au grignotage du temps qui reste, me revoici, pour vous présenter les dernières réalisations de l'atelier : une sorte de Back to school rallongé, en Silver Thaw de Noro.

J'ai aussi amoureusement tricoté des chaussettes à rayures pour aider mon chéri à affronter l'hiver.


After the glorious teachers' swap, I joined one organised by Luciep for the francophone knitters' group on Ravelry, and got spoilt:



Unfortunately Biscotte, my swappee hasn't received my package yet, but here's a pic of the little bag I included to hold the items I'd chosen for her; the theme was " a colour", and she had picked burnt orange. Yes I know my bag is emerald green and off-white, but I meant to add my personal touch, and since she has not seen the inside yet, I am not spoiling the surprise.



In between time, I went to visit my mother in Paris for a couple of days, and checked out a yarn store on rue de Réaumur which I had read about on Ravelry (yes, you've guessed, the fact I haven't been blogging much lately has something to do with that den of temptations ). We chose a lovely steely grey merino to make a pair of convertible mittens for her, with the help and advice of the store owner, a funny woman who seemed initially a little gruff, but turned out quite chatty after a few minutes. We were thankful for the half-hour out of the rain, and I told them of the impending hordes of Ravelers about to descend on her establishment like myself.

Et bien sûr, il faut dire un mot de mon nouveau fond d'écran: la révolte par Luigi Russolo, un peintre futuriste italien. Cette toile pleine d'inspiration et violente comme la vie fait partie de l'expo "Le futurisme à Paris" du centre Beaubourg.

mercredi 3 septembre 2008

Sweet swap

L'échangisme a du bon: sur Ravelry j'ai participé pour la première fois à une de ces opérations lancées par le groupe "teachers who knit" (mais qui n'ont pas beaucoup d'imagination pour les noms de groupe).

Luckily, the rather unimaginative name does not at all correspond to the general personality of the members: and so when the summer swap was launched, I promptly signed in. My swappee is a media studies teacher in Brighton, and I spent a fair few hours, both at home and on holiday in Guadeloupe, looking for the sort of little present she might like.

Et pendant ce temps, au coeur du Nevada, une personne très originale et marrante faisait le même chose pour moi. C'est ainsi que j'ai reçu la semaine dernière ce magnifique colis, composé d'objets manifestement sélectionnés rien que pour moi, dont le choix dénote beaucoup d'humour et de gentillesse.


Thank you Laura for spoiling me. I'm sure I got the best package in all the swap.

dimanche 31 août 2008

Les deux soeurs



Well, actually I have three sisters,but hopefully the one who is not concerned by this message will not take offence. I promise I will make it up to her soon, and she will have a hand knitted scarf too.

La première date de quelques mois, mais je l'avais expédiée sans la photographier au préalable, et ce n'est que début août en Martinique que j'ai pu enfin le faire. La deuxième vient d'être bloquée, et ne rejoindra sa propriétaire que dans une dizaine de jours, pour son anniversaire.

Looking at them, I realize how they represent my view of my sisters: one bright and glitzy, full of vitality like a lush tropical plant; and the other soft and delicate, precious and shy, like a treasured piece of antique lace.

jeudi 28 août 2008

La petite maison dans la savane


Yes, it is a long time, but I was somewhere else, not only in terms of distance and geography: going "home" is rather like switching onto a different mode. The child in you is brought back, and at the same time being in this once familiar setting with a "new" companion made the place a little strange.

Enfin, le retour est derrière nous, et les heures passées sur la véranda de cette petite maison en bois commencent à s'estomper. C'était aussi la première fois depuis la mort de mon père que je retournais dans ce lieu où sa présence de mon père est si sensible.

On a marché, nagé, paressé sur le sable (pas souvent), bu du rhum, dansé, lu (un peu) ballottés dans le hamac, mangé des fruits frais cueillis, admiré des poissons et des coraux, dormi comme des bébés. On s'est un peu fait piquer par des moustiques, tremper par des averses tropicales fraîches et soudaines, bluffer par des orchidées sauvages dans la montagne, doucher par des cascades immenses.

Et partout, c'était calme, presque désert, on avait la nature à nous tout seuls, des bassins d'eau claire, des mètres de sable fin, des sentiers ombragés et odorants. Quitter ce paradis n'a pas été facile.

dimanche 6 juillet 2008

Summertime

And the living is easy... a little woozy even after a nice lunch of organic potato salad accompanied by organic white wine, and a little siesta with the sound of cicadas and the excited squeals of kids jumping into the neighbours' pool.

Et j'ai terminé Babette, que voici posée en ordre de bataille sur mon lit, qu'il ne reste plus qu'à monter. Enfin, "qu'il ne reste plus qu'à" ne reflète pas exactement l'ampleur de la tâche et son aridité; si quelqu'un aime les coutures et les finitions, qu'il (ou vraisemblablement plutôt elle) se dénonce.

lundi 30 juin 2008

The name of the game

For my younger son's birthday, my darling scientist got a Wii console.

As a present.

For my son.

As you probably have guessed, it is not unnecessary to spell out who it was supposed to be for, when you look at who is actually playing with it. There is nothing new: in generations past, fathers, grandfathers, uncles and other male carers have got balls, kites, model trains or cars for little boys, and spent hours playing with the toys.

But whoever heard of a woman buying her daughter a Barbie doll for the pleasure of dressing her up or arranging outings with Ken?

The obvious conclusion you will derive is that men never grow out of boyhood, and deep down remain little children. This may well be true, bu
t it doesn't prove that women are more mature or less childlike.

To me it just goes to show that the toys traditionally designed and designated "for boys" are simply fun, while "girly" toys are the first step in the alienation of females. Women are not expected to do anything but serve and nurture (and look dumb into the bargain).

In the meantime, the family has tried their (slow) hand at old rock-and-roll standards, and I am proud to announce that I have finally managed to complete ONE song. But I'll spare you the sound for this one.



Mes camarades n'ont pas manqué de me faire remarquer que je cède bien vilainement aux sirènes de la société de consommation, et que mon empreinte carbone ne va pas s'en trouver allégée. J'assume, quitte à désespérer Jérémie et Patrick, à qui je demande ici pardon, bien que je doute fort qu'ils lisent jamais ces lignes.

lundi 23 juin 2008

Sons and lovers (fêtes de la musique)

First, last Friday night, against the spectacular backdrop of a Provençal windmill, and in between gusts of Provençal mistral, I sang with the TGGG: the talented young man is my son.

video

And then, on Saturday, a more private affair: Schubert's 3rd sonata for piano and violin. We had a feast of marinaded fish and grilled vegetables, and more than a prudent dose of white wine, and the artists admitted that it impaired somewhat their performance. The talented young man is my lover.


Et puis, comme il ne faut pas oublier l'essentiel, voici le haut "Back to the wave", commencé lors de la journée mondiale à Marseille, et tricoté à vue, sans patron préalable, en un seul morceau. L'expérience acquise en réalisant les modèles de Stéphanie Japel m'a été précieuse pour négocier au plus juste les pinces de poitrine. Et quand il a été fini, je me suis dit qu'il aurait été super en robe.
Or que lis-je sur le blog de Sof Frankenstein? un appel au peuple en faveur d'une espèce méconnue et décriée (souvent à juste titre d'ailleurs), la robe tricotée. Mais j'ai de gros scrupules à tenter une greffe de jupette sur ma créature/tion.

C'est peut-être l'occasion de solliciter les experts de Ravelry.

mercredi 18 juin 2008

Pas de quoi rire!


Vous ne leur trouvez pas un petit air de famillle? Mais alors que, j'en suis sûre, vous avez tous reconnu celui de gauche (enfin de gauche, façon de parler), il vous faut peut-être un petit effort de mémoire pour remettre le second.

Bon, ils ont des points communs, une voix un peu nasillarde, une stature qui n'en impose guère, une propension à se mettre dans des fureurs noires, une réputation de coureur, une identification délibérée à la franchouillardise, et surtout ils adorent faire le clown.

Alors, ça y est?

Mais oui, c'est notre Rabbi Jacob national, et cette parenté a été mise en lumière par Québecbalado, un podcast de nos cousins de la Belle Province.

La fois prochaine peut-être, québecballadur?

dimanche 15 juin 2008

Tricoteurs de tous les pays...

Hier, c'était donc la journée mondiale du tricot, événement qui n'a pas, à ma connaissance, fait la une des médias, encore que mon idole Rébecca Manzoni ait consacré une chronique à la fibre solidaire dans son magazine culturel sur Arte.

A Marseille le rendez-vous était au parc du 26éme centenaire, une ancienne gare de triage transformée en espace vert, où les tilleuls sont encore un peu jeunes pour offrir beaucoup d'ombre, mais de conception assez réussie, notamment par l'intégration des anciennes structures ferroviaires: une voie a été remplacée par une étroite pièce d'eau qui coupe en deux un long quai pavé, et la gare abrite maintenant un petit salon de thé.

J'y ai donc retrouvé avec plaisir Sophie, avec son joli bébé tout neuf, Fannie, et Céline l'ineffable auteure de Pastagalaine, le premier podcast tricot de France. Et j'ai pu faire la connaissance en chair et en os de copines blogosphériques, notamment Christelle et Magali.

Le journal local avait dépêché un monsieur entre deux âges, mais plus proche du deuxième, pour couvrir le sujet: il s'agissait sûrement du correspondant de l'Echo des maisons de retraite, car il a fallu lui expliquer ce qu'était un podcast, voire un blog; après avoir écrit quelques lignes dans son cahier d'écolier bleu, il s'est enfui bien vite loin de ces azimutées de la pelote. J'ai hâte de découvrir le résultat de son investigation.

I sat and knitted a few stitches, but mostly chatted with Fannie and the other women about woolly pursuits, until it was time to make my way back. We were lucky that after days and days of wet weather, it was dry, and even sunny; but not too pleasant to sit out in a wind bad enough, as the local saying goes, to blow their horns off the bulls. As usual, I had forgotten a key accessory: the camera, so I will post a photo of our meal out to celebrate my "baby boy"'s coming of age. We went to a delicious Italian restaurant, where the "patron" fell in love with my daughter, and I fell in love with the entrée, and here it is:

dimanche 8 juin 2008

Talking about the revolution


Yesterday in Marseille we had a big event to launch the Nouveau parti Anticapitaliste: a 10-hour meeting with forums and debates, and a creche, and concerts, and a speech by Olivier Besancenot the charismatic leader of LCR. I had brought my current portable WIP, a mouse cozy in purple bamboo yarn, and when I got it out of my bag, Aurélien, a young hothead whose cut-and-dry political pronouncements sometimes border on the Stalinist (but I love him), said, in an unusually tender tone: "Oh,my mum knits too." So I gave him a good talk about the ideological implications of crafting, the feminist issues it is linked with, and was amused to see the disbelief in his eyes when I told him about the Red and Black Ravellers group.

La semaine prochaine, ce sera la Journée Mondiale du Tricot en Public, et la fête d'ATTAC 13, une nouvelle occasion pour prêcher par l'exemple. Entre les écolos hardcore et les mamies à l'ancienne que je côtoierai certainement à ces occasions, il va falloir que le discours soit affûté et percutant.

vendredi 6 juin 2008

Surprise

The cognoscenti may recognise something familiar in this weirdly shaped piece of knitting. Yes it is indeed a BSJ, the mythical baby jacket that no serious knitter can avoid grappling with one day.


Et c'est vrai, on n'y croit pas jusqu'au dernier moment (ou presque), que ça va ressembler à quelquechose de mettable.
Et c'est vrai aussi, que ce n'est sans doute pas le modèle le plus adapté à la morphologie humaine, même celle des petits humains.

Mais je crois que c'est un de ces modèles qu'on ne peut pas
1) ne pas réaliser un jour
2) ne pas refaire, une fois réalisé.

When it is completed, I will post another photo. But as the baby is not due until August, it may be a little while before I get round to finishing properly.

lundi 2 juin 2008

Joyful



Friday night the TGGG had a concert in the nearby town of Salon de Provence. I am a comparative newbie in the choir, but have quickly cottoned on to the traditions, including that of the "fruit punch". One of the choristers had been in charge of making up the couple of gallons that help us "warm up" before stepping on stage, but she wanted to hand over this heavy responsibility, and I agreed to do it this time.

Il y a une recette standard, mais j'y ai mis un peu de mon cru (et de mes réserves de rhum à la vanille).

Un peu.. beaucoup, car en montant sur scène, on était tous très gais. Tant mieux car le public était quelque peu clairsemé. Finalement, il s'est laissé gagner par notre entrain. Le chef rayonnait.

mercredi 28 mai 2008

Estoniez-moi, Benoit.

As I mentioned before, last Saturday I was in Marseille with about twenty other devoted knitters from all over Europe, to be introduced to the arcanes of Estonian lace by none other than Nancy Bush elle-même. It is hard to describe how charming, natural and powerful her presence is: although I was certainly among the less advanced knitters, I never felt inadequate or silly asking a simple question.

L'aventure a commencé jeudi dernier, quand Fannie m'a confirmé qu'il y avait bien une place qui s'était libérée pour le stage du week-end. Après avoir vidé mes cartons et mes armoires, j'ai constaté que ne s'y trouvait aucune "lightweight wool in a light colour" correspondant à la consigne.
Direction donc le village, et la petite mercerie de la "Rue Principale" (qui fait 2,20m de large), où la propriétaire médusée a sorti tout ce qu'elle avait d'approchant pour cette folle qui allait "prendre des cours de tricot".
Résultat: une pelote de Bouton d'Or Super en bleu lavande.

Et voici le fruit de notre journée "Estonian Lace", bloqué dimanche.

dimanche 25 mai 2008

Meme moi

Même les jours de pluie, il y a des raisons de sourire, des rayons de soleil, comme ce "meme" qui m'est arrivé.

Me been memed by The Wilk (aka Fucknits), a most intriguing character with as many surprising facets as she's had jobs, it seems; and even though her tagger doubted it was her style to tag along, she has. Just to prove how unpredictable she is (bravo, la copine).


1) So what was I doing ten years ago?
Getting bored day in day out, and singing about it.


2) What are five (non-work) things on my to-do list for today:

- download the pictures I took yesterday at the Nancy Bush workshop in Marseille.
- listen to the Cannes festival closing ceremony on the radio while doing the ironing. (Isn't that ultimately 1950's? I'll put my hair up and wear a flouncy skirt.)
- the above counts for two, doesn't it? or three with the coiffure, and four with the dressing-up?
- ring my mother for Mother's Day.
- revise some songs for Friday's concert.


3) Snacks I enjoy:

- Italian grissini.
- dried fruit.


4) Things I would do if I were a billionaire:

- worry about all that money
- hopefully give away a good chunk of it
- use it to give all the artists in the family a better chance of finding recognition

5) Places I have lived:

Guadeloupe, Paris, England, a dreary mining town in German-speaking Lorraine called Petite-Rosselle, Aix-en-Provence.


6) Jobs I have had:
I've always done things to do with teaching, as I've always wanted to be a teacher.


7) Peeps I want to know more about:

élisa

manuèle

fannie

miss Loophole

cristiana

et vous tous qui passez par ici, n'hésitez pas à "mémer"

jeudi 15 mai 2008

Our baby

Il y a encore deux ans, l'été s'annonçait par la floraison sur la terrasse d'un rosier grimpant aux grosses fleurs cramoisies et parfumées, d'une fragrance riche et puissante, un peu citronnée, sûrement la rose la plus parfumée que j'aie jamais vue.
Hélas, quand nous avons fait recarreler la terrasse, notre dynamique maçon lui a fait un sort d'un coup de scie , pensant qu'il repartirait du pied, mais bien sûr, en dessous du point de greffe aucun espoir n'était permis.

So, like bereaved parents, we tried to replace our lost "offspring", but even though I deduced that the dead tree was "papa Meilland" after poring over books and photos, we couldn't find any one that still stocked it, so we plumped for a pink rose, with a name out of a book by Proust: "Zéphyrine Drouhin". It was planted early last spring, but has only just today put out its first bud, and here it is.



lundi 28 avril 2008

Forget me not





Comme je suis fleur bleue, mon jardin est autant dominé par les pastels, que ma garde-robe par les teintes vives.

And so while it is true blue in the garden, the latest WIP is as vibrant in colour as usual. Here is my version of the Babette blanket with a definitely Bollywoodish colour scheme.

samedi 19 avril 2008

Hommage aux vivants et aux morts

D'abord un petit retour sur la route de Chine, avec une équipe qui a la flamme (la bonne), et qui j'en suis sûre n'hésitera pas à porter un badge pour proclamer le droit des gens à leur terre et à leur culture.
Des nouvelles donc de François, accompagnées de superbes photos et de commentaires qui lui ressemblent, avec un sourire en coin.

And to celebrate a hero of our islands, a tribute in song by a band of young Martinicans. Honor and respect to the Elder, the Fundamental Negro, the poet Aimé Césaire, who died this week.

mercredi 16 avril 2008

Day of the Triffids


This morning the postman didn't have to ring twice, even though it was barely 8 o'clock, and I was still in bed. "The aliens" were coming, delivered to my doorstep in their translucent green plastic pods, like every spring and autumn in the last four or five years.

C'est mon redoutable ennemi de la science molle qui les appelle "les Martiens", ces innocents petits plants que me livre fidèlement Jardin Express vers avril et novembre. Cette saison, les minimottes compactées dans leurs emballages de plastique et de carton se transformeront en belles fleurs, lobélias, capucine, impatiens, avec un peu de soin, d'eau, et si les escargots ne sont pas trop gourmands.

samedi 12 avril 2008

L'amitié au carré

Il y a quelques jours, via le blog de Mélusine, je suis arrivée chez Patfran, qui est à l'origine de cette initiative; et ce matin, bravant un mistral à décorner les boeufs et la queue traditionnelle de mon petit bureau de poste, je suis allée au village poster mes premiers carrés, modeste contribution au plaid de l'amitié.


Now, I am not sure if I'd had the idea before, or if coming across Patfran's blog prompted it, but I have decided to start an afghan of my own, using the silk I bought last summer, while my musical half was away and I spent more time than was sensible roaming around ebay. It will definitely have an Indian touch with a lot of fuschia and gold. I took the circs to Madrid and knitted one of the squares while queueing to get into the Descalzas Reales convent, much to the embarrassment of my teenage son.

vendredi 11 avril 2008

Do not do this at home!

Well, in fact, you're supposed to do it at work: my favourite physicist came across one of those incredible websites that sell all kinds of useless and unbelievable junk. . So he wondered if he should abandon virtual galactic warfare in favour of this, which, according to the blurb, is sure to make your workplace fun and lively :



Le plus incroyable est que les incorrigibles gamins que nous sommes vraiment, au fond, aient résisté à la tentation d'acquérir ce magnifique objet (sans même compter avec la déplorable habitude que j'ai héritée de ma mère d'acheter toute sorte de gadgets idiots).

Que le premier qui craque se dénonce.

mercredi 2 avril 2008

Le lion n'est pas mort ce soir


It was to be some kind of apolyptical showdown, as far as I could understand, having a very limited knowledge of all things to do with gaming and virtual cosmic warfare. The great "Alliance of the Lions" was to end its glorious existence within the universe of Ogame at midnight on April 1st (they should have seen it coming) by simultaneous self-inflicted death of all its members. Apparently the old-timers, the Alpha males and distinguished warriors of the pack all agreed that the only way out of boredom and inevitable decline was to go with a bang; but the new players, and those who felt happy within the safety of a strong alliance refused the suicide pact, and so, as my own Alpha male put it: "it will be a slow and painful death".

J'ai un peu de mal à compatir à ses malheurs: moi je vois le vrai monde, peuplé de jolies pelotes de laine multicolores en guise de planètes à aborder, et mes seules armes pour les attaquer, ce sont mes aiguiles en bambou, dont je me demande avec angoisse si Ryanair me laissera les embarquer en cabine pour aller à Madrid ce dimanche.

Et dans ce vrai monde, devant la porte, il y a mon petit érable japonais, qui arbore ses couleurs de printemps.

dimanche 30 mars 2008

Il n'y a plus de saisons.


On Easter Monday, just a few days back, we had snow on the ground, and this Sunday, it looks as if we'll be able to have our apéritif out on the terrace at lunchtime. I wonder what subtle havoc this totally unpredictable weather is wreaking on our moods, if the joyful, pulsating anticipation of early spring keeps getting frozen into gloom by these strange swings in the temperature.

En tout cas, les salles de classe retentissent de sonneries de trompe à répétition, des élèves qui se mouchent bruyamment, en prenant, je le soupçonne, un malin plaisir à se donner la réplique nasale. Encore une semaine de ce régime, avant notre pause dite "de printemps", sauf si la météo décide à nouveau de passer son ipod sur mode "shuffle", pour nous chanter "vive le vent d'hiver' ou même "les feuilles mortes".

samedi 22 mars 2008

Angels again


Et voilà, les petits cadeaux pour mes anges sont prêts: mais je ne révélerai rien avant qu'ils n'arrivent à destination; un indice seulement: rouge.

dimanche 16 mars 2008

Le (mas)sacre du printemps


So this morning, in the garden, I sacrificed to the rite of spring . No, I didn't dance naked to the strains of Igor's delirious crescendo, but I performed another rite, just as emblematic, and maybe even more contentious (but less sexy and noisy) : pruning the roses.


J'ai les mains maintenant imprégnées de l'exquis parfum des feuilles, et les doigts hérissés des minuscules épines des rosiers grimpants qui ont eu droit à leur coupe de printemps, au terme de l'inévitable débat avec mon acolyte: "tu ne crois pas que tu coupes un peu trop court?" suivi de "tu ne crois pas qu'on pourrait rabattre encore un peu?", puis "tu es sûre qu'il va repartir?"
J'ai donc fait le tour des célébrités d'antan: Pierre Auger (pour le physicien) Pierre de Ronsard (pour l'épicurienne), The Dark Lady (pour la fan de Shakespeare), Abbaye de Cluny (pour le chrétien repenti), Winchester Cathedral (pour Alexis, la rose blanche), Zéphirine Drouhin (illustre inconnue, pour les amoureux) et Sorbet Framboise pour toute la famille.

samedi 15 mars 2008

The scientist

Finished, and already a little bit the worse for wear, my answer to the sweater curse:


Avec une grande torsade sur une manche et une autre asymétriquement placée sur le devant, ce pull en hommage à James Watson a terminé sa première semaine d'existence scupuleusement porté tous les jours.
La température remonte, et il était donc temps de finir cet ouvrage en grosse laine Husky de Monop.

mardi 11 mars 2008

My political career ( pour le grand soir, on repassera)

Not that we expected a landslide majority, but we were a little saddened to see our score dwindle from close to 4% to just under 3% in the council election.
At least we managed to do better than the far-right and the loony lady.


Et si je me fais sans mal à l'idée que je ne siégerai pas de si tôt au conseil municipal, quel plaisir ç'a été hier d'être interpellée par les collègues qui venaient aux nouvelles (pas très glorieuses, mais qu'importe?).

Et surtout ce matin, en salle des profs, j'ai jubilé quand un monsieur proche de la retraite, tout ce qu'il y a de bon chic bon genre, est venu me prendre le bras et me murmurer à l'oreille, peut-être un peu inquiet d'être surpris par un tiers, "j'ai voté pour toi", avec le sourire charmant d'un gamin qui a joué un tour aux grands.

samedi 8 mars 2008

Vive les femmes!


Avec la marchandisation galopante, voici que les commémorations militantes se voient célébrées par les sirènes de la consommation. J'étais quelque peu étonnée de voir sur le merveilleux blog de Cristiana un petit caveat sur ce sujet accompagnant ses voeux féministes, mais la vague est arrivée jusqu'ici: dans ma boîte électronique ce matin, un fleuriste et un vendeur de pacotilles se recommandent de la Journée des femmes pour me proposer leur camelote.

And on this "Women's Day", in spite of all the consumer hoopla building up, to you, sisters, mothers, daughters, lovers, my heartfelt greetings and I wish you all the best in your struggles.

mardi 4 mars 2008

Finito il Iro



Voilà, je suis ravie de vous montrer ma veste V-neck de Fitted knits en Iro de Noro.

Even the resident lion king agreed that it was worth the money and the effort put into this project.

Now all I have to do is finish his sweater (I'm onto the second sleeve, hurrah), and give my PIF angels the attention they deserve.

I have already worked out what I'll make for Morigaine, but not the other two. Fortunately, I still have five and a half months to complete the projects.

samedi 1 mars 2008

Quel cinéma! (Le parrain ou la famille Adams?)


I really shouldn't be waylaid from my duty, considering I've got a mountain of papers to mark, from which mass I suspect I could extract a few nuggets to contribute to the hilarious thread on Ravelry's teachers group. But I wanted to keep the world up to date with the latest developments of local politics, as this week my new militant self has pasted her first election poster (very much like putting up wallpaper, except easier, because it doesn't matter that you splatter glue all over the place, and there are no joins to keep aligned).

Et puis pour faire une campagne vivante, il faut toujours un candidat surréaliste, et comme dit Coluche, notre candidat est une candidate, qui s'affuble sur les affiches d'un logo légèrement mégalo fortement inspiré de ses initiales: MGM.

Je ne résiste pas à citer un extrait de sa plaquette hallucinante, sur la question de la prostitution: "Trouvons des solutions pour celles et ceux qui le désire(sic) . L’insertion se fera naturellement. Pourquoi ne pas mettre en place des lieux spécifiques avec suivi régulier et aide à la personne. "
L'insertion naturelle dans des maisons closes, quel programme!

mercredi 27 février 2008

Et toujours des anges


Le trio est réuni: Karen, Elisa et Morigaine, les copines que le PIF dans sa grande sagesse m'a envoyées.
As Elisa says on her blog, it is not for want of jobs in the queue that we embrace things like this PIF exchange; but the rest will wait, not heaven (and its angels).

dimanche 24 février 2008

Angels to the rescue (2)

Now I am truly excited (not just copy-pasting the blurb off the ravelry site) that an angel has knocked on my blog door. I will start thinking about what will surprise and delight Shamu (except if she doesn't want a surprise, but somehow I 'm sure she will).

Yesterday morning we did some canvassing at the market. The last time I did this kind of thing was about thirty years ago, and in the comparatively secure environment of my university. It was amazing to get talking to "real people", (not students or intellectuals), some of whom are not interested, or have no time, or think that politics is a lot of bollocks anyway, and it felt like a victory when I managed to start a real two-way conversation.



Hier soir enfin, l'opération top-secret, nom de code 23/02, depuis deux mois objet de dizaines de mails entre les membres du TGGG: l'anniversaire-surprise de notre gourou, surnommé pour l'occasion le "vieux pape (du jazz)" par référence à un liquide rouge et alcoolisé qu'il ne dédaignerait pas, à en croire le "club d'oenologie ténors-basses" qui nous ont fait un sketch à mourir de rire.

Après un repas délicieux, car chaque membre des différents groupes vocaux avait mis son petit plat préféré dans un grand, nous avons eu droit à un petit spectacle genre " Hommage au chef" très réussi et émouvant. Quand j'aurai des photos je les rajouterai

vendredi 22 février 2008

A moi les anges!

I'm SO EXCITED to be involved in the Pay It Forward Exchange! I found out about it from the Ravelry site

Let me tell you about it, these are the instructions: "It’s the Pay It Forward Exchange. It’s based on the concept of the movie “Pay it Forward” where acts or deeds of kindness are done without expecting something in return, just passing it on, with hope that the recipients of the acts of kindness will do the same. (Not that I've heard about this film, and I suspect it's not the sort I would like anyway).

So here’s how it works. I will make and send a handmade gift to the first 3 people who leave a comment to this post on my blog requesting to join this PIF exchange.

I do not know what that gift will be yet, and it won’t be sent this month, probably not next month, but it will be sent (within 6 months) and that’s a promise! What YOU have to do in return, then, is pay it forward by making the same promise on your blog.

And, remember...you have 6 months to get your gifts done! Come on, you know you would love to be one of my angels. Then, one day, but you don't know when....you will get a gift that I have made especially for YOU!

Please remember, you don't have to knit or crochet to participate, anyone who can make a nice handmade gift is welcome to join :) Homemade jam, cakes and other goodies welcome! If Monty Python fans have a couple of shrubberies spare, I am game.

Et pour les non anglophones, un petit résumé: au lieu des chaînes du bonheur qui vous demandent d'encombrer les boîtes de 75 349 personnes avec le message qui sauvera la petite Lili d'une maladie mortelle autant qu'imaginaire, il vous suffit, cher ami(e) bloggueur (euse) de me poster un gentil commentaire me proposant de reprendre le flambeau du PIF, et vous recevrez dans les six mois (le cachet de la poste faisant foi) un objet réalisé de mes blanches mains.

Vous vous engagez ce faisant dans un engrenage diabolique (bien que ce geste vous ait rapporté le titre de "PIF angel" (ce qui vaut mieux que "ange du pif")): il vous reste à présent à envoyer un "Pif gadget" de votre fabrication aux trois premières personnes volontaires pour continuer.

Les non tricoteurs ont le droit de participer, tout objet fait-main fait du bien, même et surtout les colliers de nouilles.


mercredi 20 février 2008

No flowers for me, please!


This morning I picked a couple of daffodils to grace the kitchen table, since I have told my kids and lover that I don't want to be given bunches of roses and carnations any more; (not that I ever got masses of them, but the occasional red rose came to say something sweet).
Last week, for Valentine's day, we were reminded that the lovely flowers that are supposed to symbolise love and affection deprive human beings from land and water in southern countries like Kenya where they are grown, and from which they are flown at a massive cost for our environment.

J'ai donc fait le voeu de ne plus envoyer de fleurs à maman, mais je trouverai autre chose, qui ne condamne pas de pauvres gens à travailler pour des salaires de misère et des pays du sud à gaspiller leur eau à arroser des fleurs pour décorer nos maisons en hiver.
On attendra impatiemment le printemps, pour cueillir les premières jonquilles.