dimanche 16 mars 2008

Le (mas)sacre du printemps


So this morning, in the garden, I sacrificed to the rite of spring . No, I didn't dance naked to the strains of Igor's delirious crescendo, but I performed another rite, just as emblematic, and maybe even more contentious (but less sexy and noisy) : pruning the roses.


J'ai les mains maintenant imprégnées de l'exquis parfum des feuilles, et les doigts hérissés des minuscules épines des rosiers grimpants qui ont eu droit à leur coupe de printemps, au terme de l'inévitable débat avec mon acolyte: "tu ne crois pas que tu coupes un peu trop court?" suivi de "tu ne crois pas qu'on pourrait rabattre encore un peu?", puis "tu es sûre qu'il va repartir?"
J'ai donc fait le tour des célébrités d'antan: Pierre Auger (pour le physicien) Pierre de Ronsard (pour l'épicurienne), The Dark Lady (pour la fan de Shakespeare), Abbaye de Cluny (pour le chrétien repenti), Winchester Cathedral (pour Alexis, la rose blanche), Zéphirine Drouhin (illustre inconnue, pour les amoureux) et Sorbet Framboise pour toute la famille.

2 commentaires:

Kazilar a dit…

See here or here

Tamara a dit…

Your roses are lovely! I can almost smell them from here :)