jeudi 28 août 2008

La petite maison dans la savane


Yes, it is a long time, but I was somewhere else, not only in terms of distance and geography: going "home" is rather like switching onto a different mode. The child in you is brought back, and at the same time being in this once familiar setting with a "new" companion made the place a little strange.

Enfin, le retour est derrière nous, et les heures passées sur la véranda de cette petite maison en bois commencent à s'estomper. C'était aussi la première fois depuis la mort de mon père que je retournais dans ce lieu où sa présence de mon père est si sensible.

On a marché, nagé, paressé sur le sable (pas souvent), bu du rhum, dansé, lu (un peu) ballottés dans le hamac, mangé des fruits frais cueillis, admiré des poissons et des coraux, dormi comme des bébés. On s'est un peu fait piquer par des moustiques, tremper par des averses tropicales fraîches et soudaines, bluffer par des orchidées sauvages dans la montagne, doucher par des cascades immenses.

Et partout, c'était calme, presque désert, on avait la nature à nous tout seuls, des bassins d'eau claire, des mètres de sable fin, des sentiers ombragés et odorants. Quitter ce paradis n'a pas été facile.

2 commentaires:

Elisabeth a dit…

bon courage pour le retour, alors!
(et contente malgré tout de te revoir par ici)

picometre a dit…

Le paradis s'imprime dans nos yeux et nos coeurs heureusement...